• Lettre N° 64

    Lettre N° 64

     

    Les Tribulations d’un éveillé N°64

     

     

     

    Le métro parisien un certain vendredi matin sur les coups des 10h00, 10h20…

     

    Je suis là, attendant la prochaine rame de métro, ligne 7, direction la Courneuve.

     

    Il y a pas mal de monde sur le quai…

     

    Mon regard s’attarde sur les silhouettes anonymes, fantômes aux pensées envahissantes.

     

    Soudainement mon regard capte, perçoit, je ne saurais dire exactement ce qui fait que j’ai cessé de scanner les anonymes personnages de ce décor pour me fixer sur l’arrivée d’une jeune femme.

     

    Je ne vois pas son visage car elle se trouve à quelques pas devant moi. Il se dégage d’elle un je ne sais pas trop quelque chose qui m’interpelle…

     

    Quelques instants avant sa venue j’étais comme perdu à dévisager les silhouettes des gens et à revisiter ma dernière intervention technique chez un client et me voilà me surprenant à m’attarder sur cette jeune femme posée là à quelques pas de moi…

     

    C’est étrange, je ressens à l’intérieur de moi une grande activité qui vient de commencer. C’est même un branle-bas de combat, sans combat aucun, juste une vive agitation moléculaire…

     

    Cela s’apparente à un ordinateur qui viendrait de se mettre en marche tout seul avec ses bips, bips et ses clignotants un peu partout…

     

    La rame de métro arrive, nous nous glissons tous à l’intérieur comme mus par une force commune, ne pas rester sur le quai !!!

    Lettre N° 64

     

    La rame est bien pleine aussi nous voilà tous comme coincés, debout, accrochés aux mains courantes dressées du métro…

     

    C’est ainsi que je me retrouve à tenir la rampe avec l’inconnue à mes côtés. Nos regards ne se sont pas croisés et je ressens plus fortement encore la vive agitation moléculaire qui vit sa vie propre en moi. C’est comme d’amples mouvements ondulatoires énergétiques qui émanent de ma personne.

     

    Ces vagues ondulatoires semblent bien nous relier. Troublant car ce n’est pas quelque chose que j’ai l’habitude de vivre avec d’autres personnes dans le métro tout particulièrement alors une part de moi prend des notes et commence à poser des questions, est-ce une attirance physique, ben non la jeune femme brune semble être jolie mais rien à voir avec un émoi d’humain…

     

    Je capte des images ? mais cela est trop fugace, ma main et mon avant-bras droits crépitent énergétiquement, je regarde le phénomène pour m’apercevoir que nos avant-bras se croisent précisément l’un au-dessus de l’autre accrochés à la main courante verticale…

     

    Je fais le test de m’éloigner de son champ énergétique autant que je peux sans déranger les autres voyageurs et je suis ébahie car clairement nos champs semblent rester en contact…

     

    Les stations s’égrènent, la valse des montées et des descentes de voyageurs ne cesse, et je me prends à rigoler intérieurement car à chaque mouvement de la foule nous ne pouvons que suivre le mouvement, sans être séparés aucunement. C’est un ballet énergétique qui se déroule ainsi dans le plus grand anonymat…

     

    Alors je fais un autre test, un truc dingue, profitant d’une « trouée » je me pose sur un strapontin ce qui m’amène à m’éloigner de l’inconnue de près de deux mètres…

     

    Je fais cela vraiment pour comprendre ce phénomène nouveau qu’il m’est permis d’expérimenter et je vais jusqu’à fermer les yeux et me mettre à méditer…

    Lettre N° 64

     

    A peine je commence à respirer lentement que je reçois une info, une info qui me fais me mettre en apnée tellement cela est puissant :

     

    « Votre vibration est commune car sur Vénus vous êtes frère et sœur »

     

    Voilà l’info qui est descendue en moi tout en douceur et en fermeté.

     

    « C’est une vibration de retrouvailles, cela se passe dans des plans énergétiques ou vos humains n’ont rien à y faire. »

     

    J’ai l’impression d’avoir reçu un magnifique cadeau… Je réalise que ces ressentis sont le B A BA des êtres unifiés et donc libérés de cette vibration duelle qui pèse si lourd sur nos épaules d’humains…

     

    Je suis là à digérer cette information si belle et si puissante et ouvre les yeux…

     

    Je souris, la jeune femme brune est assise sur le strapontin à ma gauche…

     

    Voilà encore deux stations qui s’effacent de mon paysage et l’inconnue descend à la station Poissonniers, ligne 7, il est 11h du matin en ce vendredi 17/11/16.

     

    A aucun moment nos yeux ne se seront croisés.

     

    Gratitude infinie à l’Univers pour ce cadeau divin. Et à cette inconnue, pas si inconnue que cela.

     

    Dans la paix aimante de nos cœurs unifiés.

    Philippe Octavius Pushan  

    Lettre N° 64

    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :