• Billet 222

    De ton épaule j'en garde la senteur douce et épicée.
    Il me vient ce vent, tu sais ce vent chaud qui fait frémir mon voile que tu aimes tant me voir porter.
    A chacun de tes voyages tu m'en rapportais un nouveau, je souris je les ai tous gardés dans un coffre en cèdre.
    Aujourd'hui je suis âgée et je me remémore ta présence, mon homme, toi le gardien de mes secrets.
    Des secrets pour les autres, des mots d'amour pour moi mon prince.
    Je suis portée par ton amour, je me nourris des souvenirs de nos baisers, ils sont comme de l'hydromel qui embaume mon cœur vieillissant.
    Oh mon doux et tendre comme je t'aime encore et encore.
    Philippe Octavius Pushan
    Photo : source le Net
    Billet 222
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :