• Billet 192

    Oh mon amour que restera-t-il de notre amour quand l'acharnement du temps aura eu raison de nos corps?
    Disparaîtrons-nous totalement en des limbes froids?
    Puis-je espérer, oh mon aimée, qu'une part de moi subsiste en toi ?
    Et si poussière devenue, nous puissions encore nous emmêler en une tourmente sans fin poussée par des vents cosmiques je serais alors le plus heureux des hommes.
    Viens, dansons notre amour.
    Philippe Octavius Pushan

    Billet 192

    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :